» Un communiqué de nos Amis de l’Association Robin des Bois signale un convoi à risque dans la Manche, dans quelques jours si tout va bien, ce convoi sera au large de Brest et quelques heures plus tard dans le Golfe de Gascogne (où aucun moyen de sauvetage existant ne pourra lui porter secours). Pourquoi ce convoi est à risque pour les Marins du Remorqueur, pour l’Environnement, pour la Sécurité Maritime et dangereux ici et ailleurs :

"Le remorqueur « ROTA ENDURANCE » bat pavillon aux « Iles Marshall » un paradis fiscal par excellence, il permet dans le secteur Maritime toutes les dérives Sociales, de Sécurité et Environnementales. Être immatriculé « aux Îles Marshall » permet de payer nettement moins d'impôts – les pseudo-armateurs ne doivent verser pratiquement aucune taxe sur leurs bénéfices. Mais ce n'est pas le seul avantage. – « Ce qui est moins évident et en fait plus important, c'est qu'un pavillon de complaisance permet au pseudo-armateur du navire de fonctionner en gardant la main dans énormément de domaines : la main d'œuvre (via les sociétés de Manning), les règlementations en matière d'environnement et de sécurité… Le coût des Equipages de ces bateaux est extrêmement bas, et lorsque la situation se complique, les Equipages peuvent même se retrouver abandonnés au bout d’un quai. En conséquence, plus des trois quarts de la flotte Mondiale est sous pavillon de complaisance ».

Ce merveilleux « Remorqueur » détenu le 1er octobre 2022, a au bout de sa remorque la plateforme de forage pétrolière «OCEAN PRINCESS »  qui part à la casse  en Turquie, au « chantier » de « ALIAGA » labellisé par l’Union Européenne, et pourtant… ce chantier ressemble  aux chantiers de démolition de vieux navires  du « Bengladesh »

Pour se rendre en Turquie, le voyage risque d’être long, les risques aussi, les conditions météorologiques en cette saison étant défavorables ! Afin d’effectuer ce type de remorquage, il faut des remorqueurs fiables, avec des Equipages performants, formés à ces remorquages océaniques, des Marins en nombre suffisant pour faire face à toutes les éventualités, ces navires doivent être contrôlés par des Inspecteurs sérieux et indépendants, des Assureurs plus rigoureux ! 

Les Préfets Maritimes, et le tout nouveau Secrétaire Général de la Mer doivent être particulièrement vigilants et attentifs à ce convoi, ils ne doivent faire prendre aucun risque aux Marins du remorqueur et aux autres, ni à l’Environnement. Les Autorités  doivent être capables  et refuser la poursuite du voyage à ce convoi s’ils jugent qu’il est dangereux (et il l’est). Le Capitaine du remorqueur d’après le tracé de Marine traffic parait hésitant sur son cap, ou alors rencontre-t-il d’autres difficultés à bord ? 

Souvenons-nous du Naufrage de deux coques de navires type Supply au large de la Bretagne, appartenant à l’armateur Danois MAERSK. Du  pétrolier Russe « VARZUGA » à la dérive au large de Cherbourg après avoir cassé sa remorque (en déconstruction et recyclage en ce moment à Brest).

Des remorqueurs sous normes, ou pas adéquats restent une vraie problématique pour effectuer ces missions très dangereuses et des contrats négociés au plus bas." 

Pour l’Association MOR GLAZ

Le Président Jean-Paul HELLEQUIN 

WWW.MORGLAZ.ORG

Laisser un commentaire

Commentaires

Réseau média web

Liens utiles

Twitter

Afficher plus