Le Département teste dans cinq collèges publics à Nantes, Saint-Herblain et Saint-Nazaire le déjeuner pour les enfants à partir de 1€ pour l’année scolaire 2023-2024. Cette démarche est organisée en lien avec les responsables d’établissement pour faciliter l’accès à la restauration scolaire et à un repas équilibré des collégiens.

Le dispositif sera généralisé à l’ensemble des collèges publics de Loire-Atlantique l’année suivante, en septembre 2024 et garantir une équité entre les usagers. 

Actuellement, chaque collège public détermine son tarif, le Département fixe le coût maximal pour les familles (3,40 €). Et un fonds départemental spécifique permet d’aider les familles en difficulté. 

Le nouveau mode de tarification sera basé sur le quotient familial, plus équitable et automatisé. Le Département souhaite attirer dans les restaurants scolaires plus d’élèves à déjeuner le midi. 

Dans certains collèges, moins de 4 élèves sur 10 fréquentent le self, avec une moyenne plus encourageante sur l’ensemble de la Loire-Atlantique de 8 sur 10. Et pourtant, la pause méridienne joue un rôle essentiel dans la journée d’un collégien : sur sa santé avec un apport équilibré, adapté à son âge et à ses besoins, social également avec le plaisir de partager des moments en dehors de la classe avec ses amis. C’est également sur la pause méridienne que de nombreuses activités et ateliers sont proposées aux jeunes (culture, art, sport…). 

Pour faciliter l’accès à la restauration du midi, le Département va donc proposer une tarification progressive à partir de 1 € et plafonnée à 5,30 € par repas selon un barème (9 tranches), sans besoin de monter un dossier d’aides sociales : le calcul du tarif sera automatique. Un prix attractif pour un repas équilibré, varié, de qualité, confectionné sur place par les chefs avec des produits frais, bio et locaux. 

Michel Ménard, président du Département de Loire-Atlantique : 

« Le déjeuner est un moment convivial entre les jeunes et le Département entend faciliter l’inscription à la cantine des familles les plus modestes. Bien se nourrir est un enjeu de santé publique et chaque collégien doit pouvoir rester déjeuner sur place dans son collège s’il le souhaite. Le coût de ce service public ne doit pas être un poids pour les familles et le Département y est très attentif. C’est pourquoi nous mettons en place un nouveau mode de tarification, plus juste et qui est amené à se généraliser l’an prochain. Cette première année test représente un coût financier pour le Département de 1 M€. » 

Laisser un commentaire

Commentaires

Réseau média web

Liens utiles

Twitter