Robin Salecroix, secrétaire départemental, a publié sur son compte X(twitter) la décision du PCF 44 de rompre avec LFI 44 et avec la NUPES.

Pour le Parti communiste, La France Insoumise et son leader, JL. Melenchon, ont franchi trop de lignes rouges. « Non seulement, ils ont fait le choix de se démarquer des autres forces de gauche en rompant l’unité nécessaire contre l’antisémitisme, mais, sur X, LFI_44 nous a accusés de marcher avec l’extrême droite. Ce qui est inadmissible. » Et de poursuivre : « Ces dernières semaines et derniers jours, une partie de la gauche, en l'occurrence la FI, en Loire-Atlantique comme dans le pays, a franchi de nombreuses lignes rouges. » Les communistes de Loire-Atlantique quittent le navire, une stratégie lourde de conséquences qu’ils pourraient regretter lors des prochaines élections municipales.


« Nous avons appris par voie de presse la volonté du Parti Communiste Français de Loire-Atlantique de couper les ponts avec la NUPES.

L'une des raisons invoquées est l'organisation d'une marche "contre l'antisémitisme, l'islamophobie et toutes les formes de racisme" à Nantes dimanche 12 novembre. Après avoir refusé de participer à cette marche, et de travailler à un appel commun, contrairement aux écologistes, le PCF a appelé à participer au rassemblement organisé par l'Association des Maires de France. La présence, officiellement annoncée et effectivement constatée, du Rassemblement National et de Reconquête lors de cet événement était pour nous une ligne rouge infranchissable.

Le PCF s'en sert désormais comme prétexte pour rompre l'unité de la NUPES en Loire-Atlantique.

Nous dénonçons la méthode. Le PCF 44, par la voix de son secrétaire départemental, a préféré publier un communiqué dans la presse et sur les réseaux sociaux avant de nous en informer. Coupant toute possibilité de dialogue et détournant l'ordre du jour de la réunion de l'ensemble des forces de gauche, prévue lundi 13 novembre pour proposer les prochaines actions communes, le PCF a autoritairement

tenté d'exclure LFI de tout cadre commun. Les Écologistes, Ensemble et la Gauche Démocratique et Sociale ne s'y sont pas trompés et nous les en remercions.

Il ne nous a pas échappé que cette décision intervient au terme d'un week-end marqué par le vote interne du PCF validant sa tête de liste pour l'élection européenne de 2024. Comment ne pas voir un lien direct entre les cris d'orfraie poussé par le secrétaire départemental et la déclaration de son Premier secrétaire Fabien Roussel, affirmant dimanche matin sur TF1 et au JDD: "la NUPES, c'est terminé".

Le PCF choisit donc d'enterrer la possibilité, pourtant plébiscitée par les électrices et les électeurs de gauche, d'une liste unique de la NUPES à l'élection européenne. La tournée médiatique des porte-paroles du PCF 44 n'est qu'un tour de piste visant à légitimer en local la décision de Fabien Roussel au national.

Ce mode de fonctionnement victimaire et politicien est indigne du moment extrêmement grave dans lequel le pays se trouve. Il est indigne du PCF de Croizat. Notre pensée va aux électrices et électeurs de gauche, qui ont voté de bonne foi pour les candidates et candidats communistes lors des élections législatives de 2022, comme pour Véronique Mahé sur la 7e circonscription de Loire-Atlantique. Nous comprenons leur déception face aux manoeuvres politiciennes. Nous leur assurons pour notre part de continuer à travailler avec les forces locales et nationales souhaitant réellement le succès d'une offre politique de rupture avec le néo-libéralisme, résolument écologiste et anti-fasciste.

Nous continuerons à porter le programme commun de la NUPES et à développer l'Union populaire avec celles et ceux dont la priorité sont les urgences sociales et écologiques. »

Laisser un commentaire

Commentaires

Réseau média web

Liens utiles

Twitter